La monnaie locale complémentaire en Charente

4 règles pour des fleurs plus responsables

bannieres-pot-aux-roses

Au printemps, la Nature nous offre une explosion de couleurs.
Les fleurs qui bourgeonnent et s’épanouissent en sont le symbole.
 Elles sont aussi une symbolique chère à nos cœurs, nous qui aimons tant en offrir et en recevoir.

Les Français achètent en effet plus de 4 millions de fleurs chaque année et dans la majorité des cas, ils achètent pour offrir. Pourtant le si beau bouquet reçu pour la Saint Valentin ou pour son anniversaire laisse une impression un peu amer lorsqu’on se penche dessus. Et cela n’a rien à voir avec son odeur…

Il faut en effet savoir que les principaux producteurs de fleurs sont les Pays-Bas (leader incontesté, avec 72% des importations), mais aussi des pays plus chauds comme le Kenya. La réalité de nos bouquets ce sont donc des serres chauffées et éclairées en permanence, une abondance de produits chimiques qui leur confère leur résistance, des milliers de kilomètres parcourus, un assèchement drastique des lacs dans des régions déjà pauvres en eau et des conditions de travail parfois bien douteuses.

Ainsi quand je respire mes roses rouges provenant du supermarché, je sens maintenant l’odeur nauséabonde des impacts sociaux et écologiques de mon bouquet.

Il est pourtant possible de continuer à faire plaisir, et à se faire plaisir, avec de belles fleurs.

C’est assez simple au final :

1. Il suffit d’acheter local et de saison

Si on a appris à le faire pour nos paniers de légumes, on devrait y arriver pour nos bouquets de fleurs. On peut évidemment pour nous aider nous tourner vers les labels comme «Fleurs de France » ou « Plante bleue » qui nous garantissent des fleurs cultivées en France.

En ce moment, nous pouvons choisir des tulipes, des narcisses, des jacinthes, des muscaris ou des freesias… Le choix ne manque pas.

2. Ensuite, privilégions nos achats chez le fleuriste

Il saura nous conseiller et nous informer sur les provenances et la saisonnalité de ces plantes. Dans le réseau nous comptons, Côté Art à Angoulême, Aux paradis des Fleurs à Ruelle et Printemps fleuri à Angoulême.

3. La cueillette dans les endroits spécifiques

Pour aller encore plus loin, il est possible aussi d’aller cueillir ces bouquets directement chez certains producteurs. Proximité et saisonnalité assurées ! Exemple auprès de la cueillette fabulette.

cueillette

4. Planter et récolter

Et pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir ce genre de producteur près de chez eux, il est aussi possible de cultiver ses propres plantes dans son jardin et de réaliser seul son bouquet de fleurs coupées. Dans ce cas, il est conseillé d’utiliser des graines bio de variétés indigènes et d’éviter les fleurs doubles (pompons) qui seront dépourvues de nectar et de pollen.

Ainsi , nous pourrons cultiver notre plaisir d’offrir. ..dans le respect de nos valeurs. 

Source : « les achats de végétaux, arbres, plantes et fleurs des Français en 2020 » – France AgriMer

Photo de Brigitte Tohm, Gustavo Fring, Tetyana Kovyrina, Artem Beliaikin provenant de Pexels